Diplomate de la "Sattelzeit"? La conception de soi du ministre prussien Jean-Pierre de Chambrier d'Oleyres (1753-1822) à travers la pratique du journal

Ackermann, Nadja (16 March 2017). Diplomate de la "Sattelzeit"? La conception de soi du ministre prussien Jean-Pierre de Chambrier d'Oleyres (1753-1822) à travers la pratique du journal (Unpublished). In: Journée de Mentorat CUSO. Lausanne, Schweiz. 16.03.2017.

[img]
Preview
Text (Programme_Abstract)
CUSO_2017.03.16_Mentorat_I_Programme_-_Resumes.pdf - Supplemental Material
Available under License BORIS Standard License.

Download (232kB) | Preview

«J’ai envoyé aujourd’hui [au secrétaire à Neuchâtel] le Sacré cahier. J’ai commencé un Journal le jour de mon arrivée à B[erlin] et j’ai tous les jours lieu de m’en féliciter, il m’est aussi utile qu’agréable ; [...]. Faittes en de même, [...] Je fais tout entrer dans le mien, jusques à des notes sur les ouvrages que j’ai lus pendant la journée. Tout ce que j’entends de curieux, les lettres que j’écris en résumé &c &c &c. » Tel est le conseil adressé par le Neuchâtelois Jean-Pierre de Chambrier d’Oleyres, qui tient un journal depuis plus d’un an, à son cousin Jean-François de Chambrier. Le fait que ce cahier de notes lui tenait à cœur, qu’il lui était quasiment ‘sacré’, explique l’endurance avec laquelle Chambrier d’Oleyres allait continuer son journal pendant toute sa carrière diplomatique et jusqu’à sa mort en 1822. Entré dans la carrière diplomatique comme ministre de Frédéric II à la cour de Sardaigne en 1780, Chambrier d’Oleyres reste à Turin jusqu’en décembre 1798. Après l’arrivée des Français, il retourne à Neuchâtel tout en restant formellement accrédité auprès du roi de Sardaigne exilé. En 1805, il devient ministre prussien auprès de la Confédération helvétique. Ce poste lui vaut la douloureuse tâche de remettre en 1806 le sceptre de la principauté au commissaire de Napoléon et – huit ans plus tard, en 1814 –celle de reprendre possession de Neuchâtel au nom de Frédéric Guillaume III. Au même moment, Chambrier d’Oleyres est nommé gouverneur de la principauté. Pendant deux ans, il va assumer simultanément deux charges, celle de ministre prussien auprès de la Suisse et celle de gouverneur de Neuchâtel, avant d’être démis de ses fonctions de diplomate en 1816. Il reste gouverneur de la principauté jusqu’en 1822. Pendant toute sa carrière, son ‘sacré cahier’ lui a été un fidèle compagnon. Chambrier d’Oleyres portait son journal toujours sur lui –même pendant ses voyages –et y a noté presque jour après jour toutes ses activités quotidiennes. Ce goût pour l’écriture a abouti à un volumineux journal d’une cinquantaine de tomes –chacun comptant 400 pages en moyenne – qui forment la base de mon projet de recherche intitulé provisoirement «Diplomate de la ‘Sattelzeit’? La conception de soi du ministre prussien Jean-Pierre de Chambrier d'Oleyres (1753-1822) à travers la pratique du journal». Le titre révèle déjà que le projet vise à rapprocher deux champs historiogra phiques habituellement séparés:ceux portant sur les egodocuments et sur l’histoire culturelle de la diplomatie. Il a pour objectif d’identifier les modes de pensée d’un acteur de la diplomatie à la fin du XVIIIesiècle. Adoptant une perspective de recherche d’une théorie de la pratique, le projet place la pratique du journal au centre de l’analyse. Pourquoi Chambrier d’Oleyres tenait - il un journal? Qu’est-ce qu’il y notait? Quels étaient ses modèles? En répondant à de telles questions, le projet cherche à relever les conceptions qui ont guidé Chambrier d’Oleyres dans sa carrière diplomatique. En focalisant la pratique du journal dans un sens stricte, le projet se concentre sur une pratique apparemment répandue parmi les acteurs modernes mais qui n’a pas encore été étudiée dans le cadre de l’histoire de la diplomatie. La détection de ces façons de penser à travers l’analyse de la pratique du journal permet de s’en servir comme point de départ pour une perspective nouvelle sur la diplomatie de la ‘Sattelzeit’. Ainsi le projet essaie de contribuer à la vérification de l’hypothèse de la «Sattelzeit der Diplomatie» qui postule une transformation du diplomate du type ancien en fonctionnaire moderne vers 1800. Une première lecture des sources principales a été faite lors de mes deux premières années de recherche, et il s’agit à présent de fixer un plan de thèse qui doit me servir comme cadre de référence pour écrire les premiers chapitres. Mon intervention présentera les résultats actuels de mes recherches sur la pratique du journal et soumettra à la discussion mon plan de thèse qui en découle.

Item Type:

Conference or Workshop Item (Speech)

Division/Institute:

06 Faculty of Humanities > Department of History and Archaeology > Institute of History > Recent History

UniBE Contributor:

Ackermann, Nadja

Subjects:

900 History > 940 History of Europe

Language:

French

Submitter:

Nadja Ackermann

Date Deposited:

14 Aug 2017 14:04

Last Modified:

15 Aug 2017 10:56

BORIS DOI:

10.7892/boris.97961

URI:

https://boris.unibe.ch/id/eprint/97961

Actions (login required)

Edit item Edit item
Provide Feedback